Actualités

SOIREE

Soirée Moules Frites

LE SAMEDI 4 FEVRIER ENTREE 14 €
En savoir plus...
CONSCRITS

FETE DES CONSCRITS

LE SAMEDI 20 MAI A LA SALLE DES FËTES SOIREE CABARET
En savoir plus...
SOIREE

Soirée Moules Frites

LE SAMEDI 4 FEVRIER ENTREE 14 €
En savoir plus...

Agenda

L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28          

Informations pratiques

  • Des Offres d'emploi
  • Des Offres de service
  • Bientôt une aire de jeux

Nous contacter

Dès le IXe siècle, il est vraisemblable que la région était pourvue d'industries, sous l'impulsion de l'abbaye bénédictine d'Orbais qui apporta les premiers éléments de civilisation, d'agriculture et d'industrie, y installait un prieuré au hameau-st-Germain.

La vallée fut ravagée, vers 937, par les Hongrois qui s'emparèrent d'Orbais. Au cours des XIIe et XIIe siècles, les moulins à blé étaient en pleine prospérité.

Les siècles suivants apportèrent les malheurs et l'industrie déclina. Le Breuil eut, du XIIIe au XVIIe siècle, deux moulins à blé, une scierie mécanique de planches, un moulin à tan, un moulin à huile, une foulerie de drap, deux forges à acier.

Au XVIe siècle, le cadre géographique est le même, avec ses collines verdoyantes et boisées. Partout, des champs de céréales, du blé, de l'avoine, des pâtures, mais pas encore de vignes. Par contre, la forêt est plus importante.

Tout en haut, Saint-Germain : c'est un prieuré qui comprend une chapelle, une maison, un jardin et une dizaine d'arpents de terres. Il ne relève pas du seigneur du Breuil mais directement du roi et de l'abbaye d'Orbais.

La grande rue traverse le village et de nombreuses chaumières s'entassent en désordre sur les bords. Le long de la rivière ronronne un moulin travaille toute l'année : il est également la propriété de l'abbaye d'Orbais. La prestation que doit fournir le seigneur de du Breuil à l'abbé d'Orbais est fixée annuellement à 116 boisseaux de blé et à 116 boisseaux d'avoine.

La masse imposante du château domine la vallée : il se dressait à la place de la mairie actuelle. Il s'étendait, paraît-il, jusqu'à la rivière et son entrée se trouvait près du pont actuel. À cette époque, le seigneur du Breuil est le chef de la famille de Gomer, en provenance du Nord de la France et son ancienneté paraît remonter aux croisades.

Avant la Révolution Française, le village dépendait de la coutume de Vitry et du présidial de Château-Thierry.